L’art de la conservation alimentaire

La recherche de circuits courts et la revendication que nous portons à une alimentation de saison, force à considérer de nouvelles pratiques de conservation alimentaire, pour favoriser la diversité des menus et la résilience des foyers par rapport au péril croissant de sécurité des approvisionnements. Finni la consommation dans l’heure, on a concocté un panel de méthodes, souvent anciennes et artisanales, de protection des fruits des récoltes.

Conseil général : a moins d’une consommation immédiate, les récoltes de fruits et légumes doivent être maniés avec soin : identification et mise à l’écart des fruits abimés (d’autant lorsque la peau est déchirée), ceux présentant des risques de moisissure, qui semblent ternis de pigments sombres, qui paraissent trop humides, creux, ou déjà trop à point.

  • Veillez à soigner les phases de collecte et de transport. Torsadez les queues des fruits et les têtes des légumes, et ne maniez l’outillage jardinier que si de besoin manifeste. Disposez les récoltes de façon ordonnées, en limitant le contact des uns par rapport aux autres. Veiller à ne pas mélanger trop d’alliacéss avec le reste de vos récoltes, car leur germination diffuse des molécules qui accélèrent la décomposition. Les fruits rouges doivent faire l’objet d’une attention particulière, et ne pas être conservés du tout.
  • Pour le stockage : dans des pots, des bacs, des cageots, des cartons… tant que vous entreposerez les aliments frais dans un espace sain, qu’il s’agisse d’un garage, d’une cave, d’une grange, d’un cagibis ou d’un grand placard, tant que le lieu est abrité des insectes et des rongeurs ;  qu’il soit en bois, en métal, en pierrre ou en céramique, le grenier n’a pas être isolé pour la préservation du stock. Il est surtout important de limiter la luminosité, de veiller à éviter l’humidité, tout en conservant des températures modérées (env. 0-16°). On reccomande en revanche fortement de disposer les récoltes sur un lit de carton, de sable, de paille ou de sciure, pour les préserver d’un contact immédiat avec les matières transpirantes. Ce qui a encore pour avantage de limiter l’assèchement. Il est important de surveiller régulièrement le stock pour prévenir les contaminations, et identifier les prochains prélèvements.Les pommes, des poires, des courges, des pommes de terre ou des carottes notamment, peuvent aisément être conservés plusieurs mois, si des précautions élementaires sont prises.

Conservez les fruits en cagettes ou en tonneau

  • Techniques d’assèchement
  • Conservation dans la sciure
  • Conservation dans la paille
  • Conservation dans le sel
  • Conservation dans l’huile

 

  •  Réfrégiration

— Technique de conservation à basse température par condensation : Le zeer pot sur ce lien

— Réfrégiration ergonomique :

 

 

Partagez autour de vous :